L'Odyssée des profs

Ce site est destiné principalement aux professeurs d'histoire-géographie qui veulent partager, discuter, aider...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 9 Avr - 17:06

Bon, je constate que ce forum tend à s'endormir, après l'effervescence des premiers jours, ce qui ressemble à s'y méprendre au cours logique d'une relation amoureuse. ça va, je plaisante...

Je me permets donc un petit classement, totalement arbitraire et non argumenté, des 15 films auxquels je tiens particulièrement (l'ordre est aléatoire) et je ne doute pas que ce petit classement vous amènera sans doute à vous précipiter dans les ciné clubs pour les voir. Il s'agit aussi d'une manière de célébrer 15 réalisateurs dont ce ne sont peut être pas les meilleurs films. Les époques et les provenances géographiques sont volontairement très variées.

Pour animer ce forum, je me propose donc de parler d'un film chaque jour lors des 15 prochains jours (ce qui est un sacré défit dans la mesure où je suis débordé par le travail). Commençons aujourd'hui, en plaçant la barre très haut. Et le film du jour est..............................

"L'Affaire Cicéron" de Joseph L. Mankiewicz.
Le meilleur film d'espionnage, à mon sens, c'est lui, dans l'atmosphère trouble d'Ankara. James Mason et Danielle Darrieux (si si...) sont parfaits (le terme sublime paraît le plus approprié pour DD). Mankiewicz adapte une histoire en partie vraie racontée dans les années 1950 par un ancien attaché de l'ambassade d'Allemagne en Turquie. Pendant la 2e guerre mondiale, un homme travaillant au sein de l'ambassade britannique en Turquie aurait dérobé des informations décisives pour la suite de la guerre, dont les plans du débarquement de Normandie, et les aurait revendu aux Allemands par l'intermédiaire de l'ambassade d'Allemagne en Turquie. Qu'ont fait les Allemands de ces plans ? Le film l'expose de façon très amusante, en se livrant à une critique percutante et drôle du fonctionnement interne du régime nazi. Il est d'ailleurs étonnant de taper si juste en si peu de plans, dans la mesure où ce n'est pas l'objet principal du film.

Le suspense est réel et la fin très ironique. Comme à son habitude, Mankiewicz filme de façon remarquablement intelligente (dans ce film il y a véritablement une idée par plan) une histoire qu'il inscrit de façon forte dans son paysage social. Les rapports de force et les codes sociaux de la vieille Angleterre contraignent les personnages à un jeu de masques dont le héros voudrait s'extirper après en avoir été un très zélé exécutant. Les dialogues sont extrêmement bien ciselés et suscitent bien souvent l'admiration. La construction du récit est plutôt audacieuse, quoique conforme à celle de bien des films de Mankiewicz.

Enfin, pour des historiens, la reconstitution historique des rapports entre belligérants (Anglais et Allemands) dans un pays neutre (la Turquie) est très fine, comme en témoigne une des premières séquences (la réception à l'ambassade de Turquie). Quant à l'ambassadeur allemand, Von Papen (et oui, c'est lui l'ambassadeur allemand en Turquie : après avoir aidé les nazis à conquérir le pouvoir, à l'image d'autres personnages de l'aristocratie réactionnaire allemande, il a été "recyclé" dans ce poste), il s'agit d'un personnage très intéressant, dans la mesure où il apparaît profondément désabusé par rapport au nazisme et à son rôle dans son accession au pouvoir.

Bref : un film passionnant, mélancolique, sarcastique, parfois drôle donc, et très rythmé.

La suite, c'est à partir de demain.

NB : les films choisis manquent un peu de légèreté, j'en ai conscience (quoique), mais je reconnais que je pense que le comique est trop souvent infâmant. Peut être est-il plus facile de faire un film comique séducteur, mais plus difficile d'en faire un très grand classique qui marque et dure, en tout cas à mes yeux. Ceci dit, il existe bien des films comiques que j'adore, comme tout un chacun...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 9 Avr - 20:57

Deux remarques, en corollaire :

- "L'Affaire Cicéron" passe au cinéma Action Christine dans le quartier latin en ce moment je crois

- Une citation, pour le plaisir, prononcée par Danielle Darrieux, à propos de Goering : "Nous invitions souvent des Allemands à chasser le cochon sauvage avant la guerre. Je n'ai jamais voulu inviter Goering. Goering tuer un cochon sauvage ? Cela me semblait trop fratricide..." ("it seems like brother against brother")

- un "défi", sans t, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 115
Age : 36
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 9 Avr - 22:33

Très bonne idée ton sujet!!! Quelle est sa date de sortie en salle? Il a l'air très intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enseignant-histgeo.superforum.fr
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Jeu 10 Avr - 0:40

En fait, le film de Mankiewicz est sorti en 1951. Mais il traîne en salle dans certains cinémas parisiens, notamment, me semble-t-il, l'action christine. A vérifier... Et il en existe une version dvd (et il se pourrait même que je puisse te la procurer).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 115
Age : 36
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Jeu 10 Avr - 8:24

oui je veux bien, sinon je chercherai par moi-même!! c'est gentil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enseignant-histgeo.superforum.fr
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Ven 11 Avr - 1:03

Comme annoncé, je poursuis la série engagée hier. Et le deuxième film est............

"L'Emploi du temps" de Laurent Cantet (sorti en 2001). J'avais prévenu que j'allais varier les époques, les genres, les provenances géographiques... De quoi s'agit-il ? En fait, d'une adaptation (très libre) du "roman" d'Emmanuel Carrère intitulé "L'Adversaire". Vous savez, l'histoire d'un homme qui avait construit de façon fictive l'ensemble de sa vie professionnelle et était parvenu à convaincre ses parents, sa femme, ses enfants, ses amis, les habitants de son village de la véracité de son récit. Dans le "roman" d'Emmanuel Carrère, comme dans le fait divers qui lui servait de base de départ, le personnage principal, se sentant découvert après 15 années environ de mensonges, tuait ses parents, sa femme et ses enfants...

Ici, l'adaptation est libre. Laurent Cantet reprend ce qui interpelle dans le roman et le fait divers (comment un homme peut-il faire croire à sa femme qu'il exerce un métier alors qu'il est sans emploi ? comment peut-il trouver les moyens de faire vivre sa famille dans ces conditions ? pourquoi, avec une telle capacité à se "débrouiller", ne fonctionne-t-il pas autrement ?), tente de la rendre intelligible, intimement compréhensible, mais ne se sent pas lié par le reste.

Il fait de son personnage principal (un consultant en entreprise) un individu compatible avec la société actuelle et son fonctionnement mais qui refuse viscéralement (sans le formuler ainsi, bien entendu) d'agir en ce sens. La fin, très différente, n'en est pas moins désespérée, malgré les apparences. Des scènes multiples en voiture, où le personnage principal passe une partie de ses journées, sont très belles, presque poétiques, voire oniriques.

Le personnage principal est interprété par Aurélien Recoing, un excellent comédien de théâtre qui fait parfois quelques cachets à la tv dans des séries mais ne tourne que très rarement au cinéma. Dans une adaptation beaucoup plus fidèle, moins ambigüe et complexe du roman de Carrère, Nicole Garcia avait demandé à Daniel Auteuil de jouer le personnage principal. Ce qui aurait pu être une bonne idée s'est transformé en erreur de casting, dans la mesure où le spectateur attend et se focalise sur la performance du comédien (qui ne se produit pas forcément d'ailleurs), ce qui n'est pas le cas dans "L'Emploi du temps". On ne s'attarde pas sur le comédien, mais sur le personnage, qui pourrait être n'importe qui d'entre nous, confronté aux réalités à la fois banales et violentes de la vie professionnelle au sein d'une entreprise d'aujourd'hui. Ce sont les quelques moments où l'on retrouve le Laurent Cantet qui réalisa "Ressources humaines", un film social relayant le combat d'ouvriers contre la fermeture de leur usine, sous couvers de rationnalisation du système de production. Ceci dit, "L'Emploi du temps" n'est ni un film social, ni un film militant.

Le film est très prenant, et le dénouement à la fois très intelligent (il ménage plusieurs interprétations possibles) et très poignant. Le retour à la vie réelle du personnage principal, dont je ne dis pas qu'il advient à la fin du film, est à la fois vu comme une horreur par le personnage principal, mais est en même temps rendu attrayant grâce à l'interprétation remarquable de Karin Viard, dans le rôle de sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Ven 11 Avr - 10:43

C'est déjà le troisième jour. J'ai décidé, pour anticiper toute critique, de me rabattre aujourd'hui sur un film comique, "Noblesse oblige" de Robert Hamer (1949).

On l'oublie souvent mais il a existé un cinéma britannique florissant dans les années 1940 et 1950, et de nombreux films ont été produits dans le cadre des studio Ealing de Londres. Une série de coffrets dvd lancée par studio canal il y a quelques années le rappelait, en mettant en valeur des cinéastes comme Alexander Mackendrick (auteur notamment de "Tueurs de dames", dont les frères Coen ont livré une adaptation moins percutante il y a quelques années sous le titre, logiquement, de "Ladykillers"), Cavalcanti ou encore Robert Hamer.

Il s'agit là d'une comédie noire, qui s'incrit dans le contexte social britannique, et peut donc être vue comme une satire sociale de l'aristocratie et des classes dirigeantes en Angleterre.

Que se passe-t-il dans ce film ? Un homme, fils d'une aristocrate déchue et mise à l'écart par sa famille à cause d'une mésalliance, prend conscience qu'il lui "suffirait" de se débarrasser de 7 personnes de sa famille d'origine pour hériter du titre de duc d'Ascoyne. Il envisage donc le plan machiavélique qui lui permettra de reconquérir ce titre, pour réhabiliter l'honneur et la mémoire de sa mère récemment décédée.

Les 7 personnages d'aristocrates sont interprétés par le même acteur, le génial et hilarant Alec Guinness. Il incarne tour à tour des personnages détestables, incapables, imbéciles ou dégénérés.

Il s'agit à mon sens de la meilleure comédie noire du cinéma britannique, d'autant qu'elle reste très mordante et subversive, tout en offrant une fin à l'ironie subtile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 115
Age : 36
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Ven 11 Avr - 16:31

Tu aurais du être critique cinématographique!! (dit-on cela? Rolling Eyes ) Ca donne envie de louer des DVD tout cela!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enseignant-histgeo.superforum.fr
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Sam 12 Avr - 20:44

Je pense que tu l'as bien compris, mais tu aurais voulu me faire plaisir, tu n'aurais pas pu dire mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Sam 12 Avr - 23:21

C'est le quatrième jour. Il faut donc passer au quatrième film et il s'agit de........

"Happy together" de Wong Kar-waï. Il me semblait en effet difficile de ne pas évoquer un film de WKW dans les 20 films (j'ai changé le nombre) que j'envisageais d'évoquer, et ce pour plusieurs raisons. J'avais remarqué que j'évoquais trop peu de réalisateurs asiatiques, parfois par méconnaissance (par exemple pour le cinéma japonais, mis en lumière actuellement par la ressortie en salles de films de Yoshida, dont j'ignore presque tout). Pourtant, un grand nombre des films d'auteur qui comptent depuis 20 ans sont l'oeuvre de réalisateurs originaires d'Asie de l'Est (WKW donc, Kitano, Hou Hsiao Hsien, Johnnie To, la période hong-kongaise de John Woo, Tsai Ming Liang, Park Chan Wook...) ou d'Asie du Sud-Est (Apitchatpong Verasetacul, un cinéaste primé à Cannes il y a quelques années et auteur de 3 longs-métrages à ma connaissance, pour les plus pointus d'entre vous...), même si les films de l'ensemble de ces réalisateurs restent souvent peu connus du grand public, à défaut d'être confidentiels (et même s'ils sont également très différents les uns des autres, et d'une inégale réussite).

Parmi tous ceux-là, j'ai choisi un film de WKW car c'est le réalisateur que je connais le mieux. Je crois que c'est un des rares réalisateurs au monde dont je peux dire que j'ai vu tous ses films (sauf un : "Les Cendres du temps", son troisième film, un hommage aux films d'arts martiaux, que l'on dit virtuose et déjà plutôt mélancolique).

Donc, Wong Kar-waï. Mais alors pourquoi "Happy together" ? Tout simplement parce que c'est le film qui m'a fait découvrir son auteur. Les plus pointus en Europe ont découvert WKW avec "Chungking express" (pour le coup, peut être celui que je préfère) je pense, la grande masse de ses admirateurs européens l'a découvert avec "In the mood for love", certains ne l'ont pas encore découvert (malgré le succès public de son dernier film, "My Blueberry lights", formellement et scénaristiquement très décevant, c'est le moins que je puisse dire). Pour ma part, je peux frimer (ou pas) en affirmant que je l'ai découvert après les plus pointus mais avant la masse, pour son premier film commercialisé en Europe et présenté à Cannes, où il a obtenu un prix de la mise en scène fort mérité, c'était en 1997, je crois.

Reste que je n'ai pas vraiment parlé du film jusqu'à présent. Si j'avais dû intituler ces quelques lignes autour de "Happy together", j'aurais peut être osé écrire "ensemble, tout devient possible"... Passons ce jeu de mot simplet.

Comme la plupart des films de Wong Kar-waï, il s'agit d'un mélo assumé : deux jeunes garçons originaires d'Hong Kong partent ensemble en Argentine, où ils poursuivent leur relation homosexuelle, puis se séparent. Pourquoi d'ailleurs ne pas assumer les codes du mélo, ce genre cinématographique qui a donné quelques uns de ses plus grands chefs d'oeuvres au septième art ? Pour moi qui ai, il faut bien l'avouer, le coeur un peu tendre, c'est un genre auquel je tiens tout particulièrement ; un grand nombre de films mélo et leurs interprètes me reviennent fréquemment à l'esprit, j'y reviendrai avec des cas concrets les jours prochains. Pour revenir au "pitch" de "Happy together", cela pourrait ressembler à celui du "Secret de Brokeback Mountain" si ce dernier film était réussi.

"Happy together" a les principales caractéristiques de l'ensemble des films de WKW : mélancolie générale du ton, élégance de la mise en scène, musique obsédante et prodigieusement sélectionnée (c'est-à-dire à la fois une musique qui marque, que l'on découvre ou redécouvre, que l'on veut se procurer en cd pour la réécouter chez soi, mais aussi une musique qui s'inscrit très bien dans le projet du film, sans apparaître de façon excessive au détriment de ce que veut faire passer le film par l'intermédiaire de la mise en scène ou des acteurs, une musique qui ne surligne pas donc). Peu de réalisateurs ont un tel talent pour le choix de leurs musiques. Aujourd'hui, je ne vois que Tarantino et Almodovar, dans des genres différents, même si ce sont à mon sens les deux réalisateurs que l'on peut le plus rapprocher de Wong Kar-waï (ce qui n'est pas toujours évident pour le premier des deux au moins, je le concède).

Le principal intérêt du film, pour moi, est qu'il se trouve en position charnière dans la filmographie de son auteur : il a déjà l'esthétique des films suivants dans sa mise en scène (jeux de miroirs nombreux, fréquentes mises en abîme, plans virtuoses...) mais conserve le dynamisme, l'énergie et la vigueur de films comme "Chungking express", qui le précèdent dans le temps.

Comme souvent avec WKW, l'interprétation est remarquable. Il confronte dans ce film les deux acteurs qu'il a le plus utilisés depuis ses débuts (son premier film a été réalisé en 1989 : il s'agit du déjà très beau "As tears go by") : Tony Leung, tout d'abord (le splendide TL, comme me diraient plusieurs jeunes femmes de mon entourage, en particulier mon actuelle compagne, et comme je le dis également moi même), et Leslie Cheung, un acteur que l'on a découvert chez John Woo (dans "Le Syndicat du crime" par exemple) et qui s'est "épanoui" chez WKW (je mets des guillemets car cet acteur au jeu très viscéral, un peu à la manière d'un Patrick Dewaere en France, s'est défenestré depuis...). Dans "Happy together", c'est la dernière fois que Leslie Cheung apparaît chez WKW.

C'est le premier film de WKW qui se déroule en dehors de Hong Kong. Loin des décors du Hong Kong des années 1950, que Wong Kar-waï affectionne, et de leur côté un peu cliché touristique, le décor argentin est très bien utilisé, sur fond de tango (une musique de mélo, évidemment). L'implantation new yorkaise de WKW dans son dernier film en date, "My Blueberry nights", est beaucoup moins réussie. J'en ai déjà trop dit, veuillez excuser la longueur du texte...


NB : comme je suis un garçon consciencieux, j'ai regardé de nouveau "HT" cet après-midi pour pouvoir en reparler ce soir...

NB 2 : à demain, pour un film dont il se murmure qu'il pourrait s'agir d'un film de Fritz Lang, mais qui ne sera pas "M le maudit". Et c'est promis je ferai plus court.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choupinou
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 26
Age : 36
Date d'inscription : 17/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Dim 13 Avr - 13:51

La DVDthèque parfaite par Francesco ! Ou, comment acquérir une solide culture cinématographique en quelques jours. study
Je pense que tu devrais en faire 100 et tout publier. ça devrait marcher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Dim 13 Avr - 18:13

C'est aujourd'hui le cinquième jour. Il est donc temps de parler (rapidement) d'un cinquième film..........

"Le Secret derrière la porte" de Fritz Lang (1948). Personnellement, c'est le film que je préfère dans la filmographie de Fritz Lang, bien davantage par exemple que "Scarlett street", parfois mis en avant, et dont je trouve qu'il ne s'agit pas du tout d'un film sur la culpabilité, contrairement à ce que l'on dit souvent, dans la mesure où cette thématique porteuse n'est abordée que dans les 5 dernières minutes. Bien entendu, il n'est pas possible d'oublier "M le maudit", mais bon...

De mon point de vue, c'est dans "Le Secret..." que FL se montre véritablement le maître du suspense qu'il a parfois su être, peut être davantage encore (du moins autant) qu'Hitchcock. De quoi s'agit-il ? Une jeune femme (Joan Bennett, dans la lignée des sublimes actrices du cinéma américain des années 1940), Célia, rencontre un homme lors de vacances au Mexique. Elle décide de l'épouser mais prend conscience au lendemain de son mariage qu'elle le connaît peu et se met à le trouver de plus en plus étrange.

On retrouve les thématiques abordées par Hitchcock dans "Soupçons" et dans "Rebecca" (même si l'on dit souvent que ce dernier a été "massacré" par l'intervention des producteurs, et que son réalisateur lui préférait de loin le premier), ainsi que celles du "Château du dragon" de Mankiewicz. Comme dans ces films, tous contemporains les uns des autres, la jeune femme finit par soupçonner son mari de vouloir la tuer. Comme dans "Rebecca", elle envisage également que son mari ait déjà assassiné sa précédente épouse.

Le décor (notamment la maison conjugale) joue bien entendu un rôle important dans la construction du suspense, de même que les rares personnages qui évoluent avec le couple dans cette gigantesque demeure (gouvernante, soeur). Le sentiment d'isolement et la froideur de tout ce qui l'entoure dominent les perceptions de Célia. Tous ces films ont en commun d'avoir mis la psychanalyse au premier plan, dans une conception encore très naïve en apparence.

Pour moi, "Le Secret..." est le plus réussi de cette série de films jumeaux, dans la mesure où il me semble le plus fouillé dans la construction de ses personnages, le plus ambigü et le plus prenant, voire le plus effrayant. Comme dans "Soupçons" (dont la fameuse scène du verre de lait "empoisonné" est restée célèbre), certaines scènes sont véritabelement délectables et fascinantes. C'est aussi pour ne pas risquer d'en dire trop à propos d'un film réussi parce qu'il se montre capable de ne se dévoiler que très progressivement que je préfère ne pas en dire davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Lun 14 Avr - 23:19

Sixième jour, sixième film............

"Va savoir", de Jacques Rivette (2001). Une troupe de théâtre italienne (!!!) se rend à Paris pour y donner une représentation de "Come tu mi vuoi" de Pirandello. Parmi les membres de cette troupe, Camille, une jeune actrice interprétée par Jeanne Balibar, effectue son premier retour à Paris depuis sa rupture avec Pierre (Jacques Bonnaffé), trois ans auparavant. Elle est par ailleurs la compagne d'Ugo (Sergio Castellito), le directeur de la troupe et metteur en scène de la pièce.

Ce film de Rivette est avant tout une sorte de marivaudage amoureux, qui pourrait tourner au drame, où s'affrontent plusieurs hommes pour les beaux yeux de Camille (ah, Camille, qui ne laisse pas insensible l'auteur scrofuleux de ces quelques lignes...). Comme souvent chez Rivette, le scénario est signé Pascal Bonitzer et Christine Laurent. Le marivaudage reste ici globalement très léger, avec une petite touche mélancolique cependant, deux dimensions qu'incarnent respectivement Sergio Castellito et Jeanne Balibar. Les dialogues sont très finement ciselés, très justes tout en conservant un caractère assez théâtral, très écrit.

L'affrontement entre les deux mâles donne même lieu à de véritables scènes burlesques, moments de drôlerie du film, à l'image du duel final : les deux hommes s'affrontent sur une passerelle située dans les cintres du théâtre avec une arme un peu originale, une bouteille de vodka. Le premier qui tombe a perdu... Pour que la scène reste drôle, ce qu'elle est, je vous laisse imaginer qu'elle ne se termine pas de façon dramatique, quoique. Le film permet enfin à Bruno Todeschini de camper un personnage passionné, parfois fiévreux, et de donner un (nouvel) aperçu de son grand talent de comédien (dont j'aurai à reparler très bientôt) ; c'est le troisième homme amoureux de Camille.

Le film pourrait être intellectualiste (un personnage, largement parodié, rédige une thèse d'Etat portant sur Heidegger, un autre cherche une pièce "disparue" de Goldoni), mais ne l'est pas grâce à l'universalité de la situation sentimentale, entre autres.

Un dernier aspect rend le film profondément intéressant à mon sens : il s'agit d'un film sur le théâtre, qui en filme des bouts de représentation (la mise en scène originale a réellement été faite, pour les besoins du film, par Sergio Castellito) comme les coulisses. J'ai toujours une affection très forte pour ces films qui représentent le théâtre, dans une sorte de mise en abîme, un peu à la manière de Truffaut dans "Le Dernier métro", également. Il s'en dégage une sorte de féérie, liée au rituel propre au théâtre par exemple (les fameux trois coups, mais pas seulement).

Le texte de Pirandello permet d'ailleurs de voir celle qui fut (qui est) une des grandes actrices de théâtre interpréter un personnage de femme perdue, dans une langue (italienne) que l'on prend un grand plaisir à entendre.


Dernière édition par francesco le Mar 15 Avr - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 115
Age : 36
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mar 15 Avr - 17:36

Je me sens dénuée de toute culture cinématographique subitement!! Mais je vais me rattraper!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enseignant-histgeo.superforum.fr
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mar 15 Avr - 20:47

Bon, je continue (tant qu'on me coupe pas le sifflet...). Septième jour, septième film..................

"4 mois, 3 semaines, 2 jours" de Christian Mungiu. Il s'agit cette fois-ci d'un film très contemporain dans la mesure où ce film est la dernière palme d'or, obtenue au moment du festival de Cannes 2007. Je me souviens, le soir du palmarès, avoir crié avec tous les imbéciles et quelques uns des critiques présents à Cannes : "ouah, pourquoi ne pas avoir donné la palme d'or au film des frères Coen, plus ambitieux ?" L'adaptation d'un roman de Cormack McCarthy par les deux réalisateurs américains et l'aura critique qui entourait ce film avaient suffi à tromper mon discernement. Après avoir vu les deux films ces derniers mois, je dois dire qu'ils ne jouent pas dans la même cour à mon sens.

Le film de Mungiu tourne autour de l'histoire d'un avortement clandestin dans la Roumanie de Ceaucescu. Deux jeunes femmes rémunèrent un homme (...) pour qu'il accepte de faire avorter l'une d'entre elles. Les différentes étapes de cette épreuve terrible sont filmées de façon très concrète, presque viscérale. Il n'épargne au spectateur aucun des moments sordides auxquels ces deux jeunes femmes sont confrontées, et tendre de rendre compte de façon très crue de leurs difficultés. A ce titre, certaines scènes sont très pénibles à vivre pour le spectateur, mais je crois qu'il faut le voir car c'est un film que l'on est satisfait d'avoir vu dans la mesure où l'on en sort grandi.

Le film a deux qualités principales. Tout d'abord, il est mené comme un thriller, avec beaucoup de rythme, et le suspense est réel, en permanence. L'angoisse est même à son comble tout au long du film, très éprouvant en ce sens, et en particulier au moment où l'une des deux jeunes filles, la meilleure amie, doit abandonner provisoirement celle qui a décidé d'avorter pour se rendre à un dîner chez les parents de son compagnon. J'étais à ce point abattu en sortant du film que j'ai dû subir les critiques très sévères et injustes d'un de mes amis sans pouvoir véritablement défendre le film, ce qui a constitué un grand moment de frustration.

La deuxième qualité du film est sa complexité, voire même son ambiguïté. On ne peut pas dire avec certitude ce que pense Mungiu de l'avortement en sortant du film. Qu'on ne se méprenne pas : je ne défends pas le film au prétexte qu'il ne prend pas parti en faveur de l'avortement (au contraire, je ne me livre pas ici à une diatribe réactionnaire, et je continue de penser que la loi sur l'avortement est l'une des plus importantes des 50 dernières années, voire qu'elle "sauve" à elle-seule le septennat de VGE). Ce que je veux dire, c'est qu'il ne livre pas une sorte de prêt à penser à son spectateur, qui doit véritablement interroger le film en profondeur pour en saisir les interprétations, et qu'il ne fait pas semblant d'ignorer que la question de l'avortement est une question complexe.

Ce qui est certain, pour être clair, c'est que le film de Mungiu est une condamnation implacable d'un régime qui contraint les femmes à avorter de façon clandestine et les jette dans les bras de personnages sordides, qui tentent de profiter de la position de vulnérabilité à laquelle la société conduit ces femmes. D'autre part, il est indéniable que la quasi totalité des personnages masculins apparaît médiocre, au mieux faible et pusillanime, au pire odieux et méprisable.

Les personnages féminins, en revanche, s'avèrent beaucoup plus intéressants, à l'image d'Otilia, la meilleure amie, qu'incarne Anamaria Marinca, qui apparaît remarquable de courage et de détermination et suscite l'admiration. Il me semble donc qu'il s'agit véritablement d'un film féministe, au sens noble du terme (mais en existe-t-il seulement d'autres ?), dans la mesure où il montre à quel point l'avortement est une nécessité pour les femmes et la maîtrise de leur corps, sans oublier à quel point l'acte d'avorter peut apparaître complexe et traumatisant.


Dernière édition par francesco le Mar 15 Avr - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jade
Débutant(e)
Débutant(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 24
Age : 55
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 15/04/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mar 15 Avr - 20:49

Quelle mine !!!
Bravo pour cette belle idée;

Un de mes préférés : "la vie est belle" de Franck Capra. C'est pas tout jeune ... mais un très chouette conte sur le sens de chacun ...
Quand j'ai un coup de blues existentiel ...

Sinon, je suis fan de Chaplin ... l'est pas bien jeune non plus;
J'aime l'œuvre et j'ai de l'admiration pour le bonhomme, outre le génie cinématographique, une audace à bien des niveaux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jade
Débutant(e)
Débutant(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 24
Age : 55
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 15/04/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mar 15 Avr - 20:53

Pour le septième jour, tu aurais pu parler du septième sceau de Igmar Bergman ... on ne te reprochera pas cette faute de goût tant tes appréciations sont fines et bien senties. Wink

Au fait, quelqu'un a t-il vu le film sur les femmes de l'ombre ... la bande annonce ne m'a pas du tout inspirée ... je suis d'un naturel très critique, et les effets spéciaux/le spectaculaire + abondance de bons sentiments m'éloignent un peu ...
Si quelqu'un peut me donner son avis ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mar 15 Avr - 20:57

ah, James Stewart dans "It's a wonderful life"... Ce film de Capra est un des films les plus populaires parmi les grands classiques du cinéma américain des années 1940 et c'est vrai que c'est un chouette film de mon point de vue aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mar 15 Avr - 21:02

Je n'ai pas vu "Les Femmes de l'ombre". Pas très attiré a priori par un film de Jean-Paul Salomé, peut être à cause de son adaptation d'Arsène Lupin, pas infâmante mais enfin... Il me semble que ce film se distinguait surtout par son casting féminin et que l'on pouvait le ranger dans la série des reconstitutions historiques de luxe sans grand intérêt, ce qui est sévère dans la mesure où je ne me suis pas déplacé et ne devrais donc pas m'exprimer, dans un monde parfait.

PS : "Le Septième sceau" figure dans la liste de films dont j'envisage de parler, même s'il est en balance avec d'autres. Il faudrait malgré tout que je le revois pour pouvoir le faire, et ce soir je n'ai pas le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 16 Avr - 1:44

Au fait, "4 mois, 3 semaines, 2 jours" a été prix de l'éducation nationale, avant que notre ministre de tutelle ne tente de lui supprimer cette distinction pour des raisons à ce jour encore confuses. Il doit donc être possible de le diffuser à des élèves dans des conditions facilitées. Ceci dit, personnellement, je pourrais tout juste le passer avec des lycéens, je pense...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 115
Age : 36
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 16 Avr - 14:02

N'hésite pas à continuer!! Je lis tout très attentivement pour ma part!

Pour les "femmes de l'ombre" je ne l'ai pas vu non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enseignant-histgeo.superforum.fr
robespierre
Débutant(e)
Débutant(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 17
Localisation : paris
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 16 Avr - 22:08

ah, l'affaire Cicéron.... ah Tony Leung (son regard.... I love this guy)... ah K Viard, en épouse délaissée dans l'Emploi du temps....
très très intéressant, ces critiques de films...
ça m'a fait pensé que le film de F Lang est un remake naif du conte Barbe Bleue, même si la fin est différente... quoique... Twisted Evil
la critique de "4 mois, 3 semaines..." est la plus réussie. tout à fait d'accord sur l'ambiguïté, sur l'oppression du régime, sur le suspense. mais ce n'est pas un film fait de bouts de ficelle: des plans admirablement filmés, des couleurs rythmées par la respiration des personnages, litotes, non dits égale angoisse. une remarque cependant, Francesco, tu sembles mettre en avant le personnage de l'amie, Otilia; vois tu dans ce film une ode à l'empathie, au dévouement, à la solidarité des filles dans un monde où les hommes sont de gros nazes (ça je le pense vraiment!)?
le personnage de la jeune fille qui avorte est aussi extrément touchant: dépassée par ce qui lui arrive, elle est elle même ahurie par sa passivité. La scène où elle fait couler le robinet de la douche pour ne pas entendre l'entremetteur révèle tout: douleur et refus... empathie créée avec les personnages, oui, tu as raison, on ressort grandi car Mungiu n'en dit pas trop, misant sur l'intelligence des spectateurs: un plan, une couleur, on a saisi, pas besoin d'insister. c'est pour cela que le film de Leigh, Vera Drake sorti en 2005 et portant sur le même thème (une mère de famille qui avorte gratuitement des jeunes filles) est peut être un moins réussi: plus bavard, plus polémique. La même ambiguité toutefois, Vera Drake en larmes déchirée par ce "travail".

sinon, qu'est ce que vous avez tous avec Bergman? c'est nul, c'est chiant... je me souviens d'une mortelle soirée de cinéclub, avec "La Nuit des forains": le son était en décalé, bruits de rires sur l'image d'une femme en larmes... mais les mauvaises conditions n'excusent rien... c'est plus que mauvais. j'échange tout Bergman ("et tout Mozart et tout Weber" comme dirait l'autre) pour un bon petit film noir américain, série B, avec H Bogart... hum... ça c'est du cinéma!!!! cheers

sur Chaplin, le journal Le Monde a sorti un DVD de court métrage, accompagné d'un joli livre sur sa vie et ses films, vraiment très bien. ce qui est fascinant avec ces histoires ce sont les rapports plus que tumultueux entre les artistes, les producteurs et l'argent....
bref, bref, désolée d'avoir écrit un message aussi barbant çe ne se produira plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
robespierre
Débutant(e)
Débutant(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 17
Localisation : paris
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 16 Avr - 22:15

ceci dit, oui c'est très bien que le film de Mungiu ai eu le prix de l'Education Nationale (si il y a eu un flottement c'est à cause d'un recours d'associations anti avortement). en même temps, je ne me vois pas du tout le montrer à des lycéens: trop difficile à gérer, entre les "Madame, c'est dégueulasse" et les "j'ai pas compris". je suis peut être sévère... peut être... mais ce n'est pas une question de goût: des films didactiques peuvent être intéressants et remplir leurs buts...
qu'en pensez-vous? que peut-on montrer comme films, comme genre de films aux élèves? en particulier sur la Seconde Guerre Mondiale? Lanzmann, ok mais pour des élèves? Spielberg? Nuit et Brouillard? Benigni? ça m'intéresserait de savoir comment vous utiliser le ciné pour parler de la seconde guerre mondiale (mais dans la rubrique Initiatives Pédagogiques, je suppose...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francesco
Membre bavard
Membre bavard
avatar

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 16 Avr - 23:07

"tout Rossini, tout Mozart et tout Weber. Un air très vieux, languissant et funèbre"... Citer Nerval dans une critique ciné, quel pédant ce Robespierre ! On dirait moi, pour ainsi dire... Maintenant que je n'ai plus le monopole de la pédanterie gratuite, je vais pouvoir me lâcher. Lautréamont me voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
robespierre
Débutant(e)
Débutant(e)
avatar

Féminin Nombre de messages : 17
Localisation : paris
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   Mer 16 Avr - 23:27

eh! non je ne suis pas du tout pédante. et même je suis super timide. j'ai mis cette citation comme un indice, une alerte pour faire comprendre à l'ami qui m'a conduite sur ce forum que c'était moi, que je m'étais inscrite! et un: cet ami a compris; et deux: je ne ferai plus de private joke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
le meilleur film d'espionnage de l'histoire du cinéma et autres
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le meilleur film
» Film - L'Histoire de Jésus pour les jeunes et les moins jeunes!
» L'histoire vraie ayant inspirée le film : l'Exorciste
» Pour vous, le meilleur film et le meilleur livre H.P
» Votre meilleur film

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Odyssée des profs :: Il n'y a pas que le boulot dans la vie! :: Cinéma-
Sauter vers: